Banques : virement bancaire instantané entre particuliers, l’intérêt est également pour les banques

Étonnant, les récentes propositions se multiplient autour du virement bancaire instantané entre particuliers : les banques s’empressent de le proposer à leurs clients. Un service financier qui va certes dans le bon sens, plus d’efficacité, mais qui n’a rien de révolutionnaire. Pourquoi un tel engouement des banques, si soudain, alors que la fonctionnalité existe depuis 2017 dans nos pays voisins de l’Union Européenne ? L’arrivée des GAFA sur ce secteur pousse les banques à verrouiller le marché au plus vite.

Publié le

La mort du chèque... Mais pas seulement

Les banques françaises placent de nombreux espoirs dans le lancement d’un service de virement instantané entre particuliers, la liste des banques proposant les virements instantanés augmente au fil des mois. « L’intérêt pour les banques, c’est que dans beaucoup de cas, le paiement de personne à personne se substitue au chèque  », argue Vincent Duval, le directeur général de Paylib Services, la société soutenue par tous les grands groupes bancaires français qui est derrière l’application Paylib en développement depuis plusieurs années.

Etre la référence française du paiement

Le traitement des chèques est une source de coûts pour les banques. Or, même si leur usage tend à diminuer au fil des années, ils restent régulièrement utilisés dans l’Hexagone. En 2017, un peu moins de 2 milliards de chèques ont ainsi été émis pour un montant de 1.001 milliards d’euros selon les données de la Banque de France.

La menace des Gafa

L’enjeu pour les groupes bancaires hexagonaux est de ne pas se laisser distancer par des fintech et surtout par les mastodontes américains du numérique qui poussent leurs pions dans le secteur des services financiers et en particulier celui des paiements. Apple, Samsung, et plus récemment Google, ont lancé des solutions permettant de payer via un téléphone portable. Il y a quelques jours, Apple est allé encore plus loin en annonçant le lancement d’une carte de crédit en partenariat avec Goldman Sachs et Mastercard.

Sur le même sujet

A lire également