Société Générale : des résultats en progression, la situation en Russie n’est pas évoquée.

© stock.adobe.com


Publié le

La banque française, qui mène actuellement un audit interne de ses transactions en dollar, a également décidé d’augmenter de 200 millions d’euros le montant de sa provision collective pour litiges afin de la porter à un total de 900 millions.

Cette revue est destinée à faire la lumière sur de possibles infractions à la législation américaine. Le 30 juin, BNP Paribas a accepté de s’acquitter d’une amende record de 8,97 milliards de dollars pour solder un contentieux avec les autorités locales qui lui reprochaient d’avoir contourné la réglementation sur les embargos édictés par Washington pendant plusieurs années.

Mécontents de l’attitude de Moscou dans la crise ukrainienne, les Etats-Unis et l’Union européenne ont adopté mardi une nouvelle série de sanctions contre la Russie, où Société générale contrôle notamment presque 100% de Rosbank.

Les mesures retenues prévoient la fermeture de l’accès aux marchés de capitaux de l’Union européenne des banques russes détenues par l’Etat et cibleront également le secteur de la défense et les technologies dites sensibles, notamment pour ce qui concerne l’exploration pétrolière.

Les autorités russes ont estimé de leur côté que ces sanctions "destructrices et myopes" auraient des conséquences en Europe et aux Etats-Unis.

L’exposition de Société générale en Russie reste encore marginale mais la banque veut croire à l’énorme potentiel du marché de ce pays où la demande de services bancaires et financiers devrait croître fortement au cours de la prochaine décennie.

Entre avril et juin, Société générale a vu son résultat net progresser de 7,8% à 1,03 milliard d’euros, soutenu par la hausse des bénéfices de ses pôles de banque de détail et de banque de financement et d’investissement - tandis que ses revenus enregistrent une baisse de 3,7% à 5,89 milliards.

Le résultat net tient compte d’un gain de 210 millions d’euros lié à l’acquisition en mai de Newedge, spécialiste du courtage de dérivés dont Société générale a racheté à Crédit agricole S.A. les 50% qu’il ne détenait pas encore en vue d’en faire un leader mondial des activités post-marché.

Votre avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

Paypal généralise la facturation de frais d’inactivité

À compter du 30 juillet 2021, les professionnels auront donc, tout comme les particuliers, des pénalités en cas de compte inactif. Si les (...)

Hello Business, la nouvelle offre bancaire dédiée aux indépendants proposée par Hello Bank !

Annoncée depuis quelques mois, l’offre Hello Business proposée par la banque en ligne de BNP Paribas, Hello Bank !, est désormais accessible, aux (...)

Épargne retraite : les épargnants confirment leur préférence pour le PER assurance

Depuis son lancement, le PER assurance n’en finit plus de séduire. La FFA publie désormais l’évolution mensuelle de la collecte sur les PER, c’est (...)

Société Générale : résultats T1 2021

La Société Générale alterne le pire comme le meilleur. En 2021, ses gains sur les marchés financiers lui permettent d’afficher des bénéfices bien (...)

FinTechs : Qonto et October facilitent le crédit pour les entreprises

Qonto, le service qui a séduit plus de 150 000 entreprises en Europe pour améliorer leur quotidien bancaire, et October, la plateforme de prêt aux (...)

Résultats BPCE T1 2021 (Banque Populaire/Caisse d’Épargne)

La crise est terminée pour les banques. Les bonnes nouvelles s’accumulent et la remontée des taux d’intérêts devrait conforter leurs marges. Le groupe (...)