Résultats 2012 des principales banques françaises

Résultats 2012 des principales banques françaises
©stock.adobe.com

La saison des résultats bancaires 2012 a commencé. Retrouvez le bilan des principales banques françaises, mis à jour au fil des publications.

Publié le



BNP Paribas

Le numéro 1 français du secteur bancaire boucle l’année 2012 sur un bénéfice net en hausse de 8,3 % par rapport à 2011 à 6,55 milliards d’euros. Des bons résultats, mais en dessous des attentes. En cause, un dernier trimestre timide à 514 millions d’euros de bénéfice contre les 969 millions attendus par les analystes financiers de l’agence Dow Jones Newswires, autorité en la matière. Le Produit Net Bancaire (PNB) recul de 7,8 % par rapport à 2011 à 39,07 milliards d’euros.

BNP Paribas a profité de la publication de ses résultats pour annoncer la mise en place d’un "plan d’efficacité et de simplification". Il devrait permettre d’économiser près de 2 milliards d’euros par an à partir de 2015.

Boursorama Banque

Boursorama Banque annonce un bénéfice net 2012 en baisse de 7 % par rapport à l’exercice précédent, à 40,4 millions d’euros. Le PNB s’établit à 201,5 millions d’euros, en recul de 8 %. Paradoxalement ce ne sont pas les activités bancaires qui ont plombé le bilan de Boursorama puisque le PNB de son activité bancaire est en hausse de 8 %. En revanche l’activité de courtage a été touchée de plein fouet par le ralentissement des volumes d’investissement sur les marchés boursiers (PNB en baisse de 31 % sur la France).

Par ailleurs, la banque en ligne a profité de l’année 2012 pour développer sa clientèle qui a augmenté de 13 % en France pour atteindre plus de 425.000 personnes.

BPCE

Le groupe BPCE (Banques Populaires et Caisses d’Epargne) a réalisé une année 2012 moyenne avec un PNB en repli de 3,6 % par rapport à 2011 à 6,05 milliards d’euros, et un bénéfice net de 2,15 milliards (-18,5 %). La banque note toutefois que des éléments exceptionnels ont diminué son bénéfice de 607 millions d’euros.

Crédit Agricole SA

Après une perte de 1,47 milliard de d’euros en 2011, la banque Crédit Agricole SA a enregistré une perte record de 6,47 milliards d’euros en 2012. En cause, les pertes sur la cession de sa filiale grecque Emporiki qui ont plombé les résultats de la banque française. Le groupe Crédit Agricole résiste mieux avec une perte de "seulement 3,8 milliards d’euros" grâce aux performances des Caisses régionales.

L’établissement bancaire a annoncé la mise en place d’un plan d’économie de 650 millions d’euros, qui portera sur l’informatique, les achats et l’immobilier.

Crédit Mutuel - CIC

En 2012, le groupe Crédit Mutuel - CIC (CM11-CIC) a vu son PNB augmenter de 4,5 % à 11,50 milliards d’euros. Le groupe qui comprend le CIC et 18 caisses régionales du Crédit Mutuel a réussi à maintenir son bénéfice net à 1,80 milliards d’euros.

Aujourd’hui, CM11-CIC compte 23,8 millions de clients contre 22,9 millions en 2011.

Dexia

Après une perte record de 11,64 milliards d’euros en 2011, la Banque Dexia a réussi à limiter sa perte nette à 2,86 milliards d’euros en 2012. C’est principalement l’ensemble des cessions effectuées dans le cadre du plan d’aide et de refinancement accordé par la France, la Belgique et le Luxembourg, qui a plombé les résultats de Dexia.

LCL

Filiale du groupe Crédit Agricole, la banque LCL s’est mieux débrouillé que sa maison mère en 2012 avec une hausse de son PNB de 1,8 % à 3,89 milliards d’euros et un bénéfice de 663 millions d’euros en légère baisse (-1,8 %).

Natixis

Natixis, filiale du groupe BPCE, a vu son bénéfice net fondre en 2012, à 901 millions d’euros, soit une baisse de 42 %. C’est l’augmentation des charges de la banque et du coût du risque (provisions pour crédits impayés) qui ont pesé sur son bénéfice puisque son produit net bancaire est resté quasiment stable par rapport à 2011 (-2,0 %) à 6,45 milliards d’euros.

La banque a profité de cette publication pour annoncer un projet d’évolution capitalistique, où les caisses d’épargnes et les banques populaires régionales vont racheter la participation de 20 % que Natixis détenait dans leur capital. Une opération qui devrait permettre la distribution d’un dividende exceptionnel de 2 milliards d’euros en 2013.

RCI Banque

La filiale du groupe Renaut a réalisé une bonne année 2012 sous l’impulsion de son livret Zesto. Le nouveau livret Epargne a récolté 893 millions d’encours au 31 décembre 2012 sur plus de 22.250 livrets. RCI Banque a ainsi vu son PNB grimpé de 4,2 % à 1,2 milliards d’euros tandis que son bénéfice net se maintenait à 490 millions d’euros (-0,6%), très proche de son niveau 2011.

Pour 2013, RCI Banque espère atteindre un encours de deux milliards d’euros sur ses produits d’épargne.

Société Générale

En 2012, la Société Générale a vu son bénéfice net s’écroulé (-67,5 % par rapport à 2011) pour s’établir à 774 millions d’euros, en raison d’éléments exceptionnels qui auraient coûté à la banque environ 2,6 milliards d’euros. La banque française révèle que son bénéfice annuel hors éléments exceptionnel ressort d’ailleurs à 3,4 milliards, soit un niveau équivalent à 2011 (3,5 milliards). Le PNB 2012 est de 23,11 milliards d’euros, en baisse de 10,3 % par rapport à 2011.

L’établissement bancaire a aussi annoncé son intention de fermer "quelques dizaines d’agences dans les années à venir". Actuellement, la Société Générale dispose de 3.250 agences.

Tableaux récapitulatif des principaux résultats des banques françaises

© Fotolia.com/DR

A lire également