Mobilité bancaire : la portabilité du numéro de compte bancaire coûterait trop cher

Mobilité bancaire : la portabilité du numéro de compte bancaire coûterait trop cher
©stock.adobe.com

A l’instar de la téléphonie mobile, l’idée d’avoir un compte bancaire portable d’une banque à une autre est séduisante. Mais les coûts seraient trop importants, selon le rapport remis ce jour au gouvernement.

Publié le



Michel SAPIN et Carole DELGA ont reçu le rapport sur la portabilité du numéro de compte bancaire

Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics, et Carole DELGA, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire, ont reçu aujourd’hui de la part d’Inès-Claire MERCEREAU, conseiller référendaire à la Cour des Comptes, un rapport sur la portabilité du numéro de compte bancaire .

Le rapport de Mme MERCEREAU conclut que la mise en œuvre d’une portabilité du numéro de compte n’est pas souhaitable et que la redirection automatique des opérations sur le modèle néerlandais ou britannique a un coût important pour un bénéfice limité en termes de mobilité bancaire.

Michel SAPIN prend note de ces conclusions et précise : "Je souhaite permettre aux consommateurs de pouvoir changer plus facilement, rapidement et à moindre coût d’établissement bancaire s’ils le souhaitent : plus de concurrence permet de baisser le prix des services bancaires et d’améliorer leur qualité".

Carole DELGA souligne : "Nous avons rééquilibré les relations entre consommateurs et banques dans le cadre de la loi Consommation ; à présent nous devons aller plus loin pour favoriser la mobilité bancaire au bénéfice des consommateurs et de leur pouvoir d’achat".

Compte tenu des conclusions du rapport, Michel SAPIN et Carole DELGA ont décidé de saisir le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF2). Le ministre souhaite que, d’ici au 15 mars 2015, d’autres propositions soient faites en faveur de la mobilité bancaire, en particulier :

  • la faisabilité d’un système de redirection automatique simple, efficace et peu coûteux ;
  • les conditions de mise en place d’un comparateur des tarifs bancaires ;
  • des mesures concrètes pour traiter le cas du rejet des chèques.

A lire également