L’épargne bancaire proposée plus souvent que l’assurance-vie !

Conseil bancaire : nouvelle campagne de visites mystères de l’AMF auprès des agences bancaires. L’institution constate que les conseillers bancaires poussent encore plus la vente ...

Publié le

Comme en 2010, l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) a réalisé des visites mystères auprès des établissements bancaires afin de dresser le bilan de compétence des conseillers bancaires. L’établissement s’est présenté en agence sous deux types de profil : Le "risquophobe" et le "risquophile", détails...

Constat global : en 2012, le conseiller bancaire est plus vendeur

Alors que la campagne 2010 présentait des chargés de clientèle disposant d’un véritable savoir-faire commercial, la campagne 2012 constate que les chargés de clientèle ont un désir de vendre plus affirmé. Une logique marchande qui se fait parfois au détriment d’une vraie phase de découverte du client et de ses besoins.

Conseil bancaire : les frais sont généralement peu abordés

L’AMF évoque une présentation orale des produits trop déséquilibrée et peu axée sur les frais. Au cours des 110 rendez-vous, les frais concernant les titres ont ainsi été abordés dans 4 cas sur 10 en moyenne. Enfin, les frais d’entrée sont présentés plus aisémement que les frais récurrents.

Le conseil bancaire sur les placements !

Alors que la proposition d’assurance-vie était incontournable en 2010, aujourd’hui la part "épargne bancaire et parts sociales" (livrets épargne, [a[comptes à terme]a], épargne logement ou encore parts sociales pour les établissements concernés) représente quasiment 2/3 des propositions pour le client type "risquophobe" et 1/3 pour le "risquophile".

Au cours des rendez-vous, l’assurance vie n’est désormais proposée que dans 29% des cas pour le "risquophobe" contre 37 % pour le "risquophile".

Cette baisse des propositions d’assurance-vie pour le "risquophile" profite aux instruments financiers. De plus, les propositions de [a[comptes à terme]a] et de produits mixtes sont en forte augmentation.

A lire également