L’AFER II, le retour. 43 années après, l’Afer revient avec des frais sur versement réduits, mais...

L'AFER II, le retour. 43 années après, l'Afer revient avec des frais sur versement réduits, mais...

AFER Acte II © AFER/FranceTransactions.com

Des frais sur versements réduits, enfin une excellente chose pour ce contrat AFER Multisupport. Par contre, l’association d’épargnants ne communique que bien peu sur la hausse des frais de gestion portant sur les unités de compte. C’est dommage. Par ailleurs, alors que ses concurrents proposent des offres promotionnelles, à grand renforts de primes de bienvenue, l’AFER joue la carte de la campagne de communication, mais sans offre frontale. L’acte II de l’AFER, c’est une remise à plat des frais sur le contrat d’assurance-vie éponyme et la volonté assumée de partir à la conquête de nouveaux épargnants ou adhérents pour cette association d’épargnants, mais tout en restant en décalage par rapport au marché.

Publié le



L’AFER souhaite grandir

Campagne de communication AFER Septembre 2019
Campagne de communication AFER Septembre 2019 © AFER
L’AFER compte au 1er septembre 2019, 759.230 adhérents, ce qui en fait une des premières associations d’épargnants, derrière l’indétrônable Andecam (5.7 millions d’adhérents). En cette rentrée, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre à l’Association Française d’Epargne et de Retraite (Afer). Sur la base d’une volonté d’ouverture et de conquête assumée, l’Association a lancé lundi 16 septembre une vaste campagne publicitaire, avec l’ambition de faire connaitre son nouveau modèle. Mais de façon surprenante, alors que tous ses concurrents en assurance-vie proposent des offres de bienvenue, l’AFER a choisi, pour le moment, une campagne de pure communication.

Pour la première fois, un dispositif média et digital de grande ampleur est déployé : les usagers du métro parisien, les internautes et les lecteurs de la presse papier auront l’occasion de découvrir les affiches conçues pour l’occasion. Lors de l’Assemblée Générale du 25 juin dernier, les 770 000 adhérents de l’Association ouvraient l’acte II de l’histoire de l’Afer, en adoptant une audacieuse refonte de son modèle à plus de 95% des voix. Celle-ci conforte les valeurs de l’Afer – offre diversifiée et ouverte à tous, conseil personnalisé et humain – tout en prenant le virage du digital et en baissant les frais supportés par les adhérents, déjà parmi les plus bas du marché.

Refonte des frais du contrat AFER

En juin dernier, l’AFER avait donc remis à plat les frais portant sur son contrat. De faàon surprenante, les adhérents avaient donc valider une baisse des frais sur versements et une hausse des frais de gestion sur les unités de compte. Sachant évidemment, que la tendance est à une proportion plus importante des UC, les observateurs se demandaient si cette décision était bien pertinente.

La résolution, adoptée à plus de 95 % par les adhérents lors de l’Assemblée générale en juin 2019, prévoit :

  • la gratuité des arbitrages ;
  • la gratuité des frais contractuels sur versement pour l’eurocroissance et les Unités de compte ;
  • le passage de 2 % à 0,5 % des frais contractuels de versement sur le Fonds garanti Afer,
  • hausse des frais de gestion à 0.825% (35 points de base en valeur soit une augmentation de +73% !) sur les unités de compte, à l’exception des unités de compte immobilières.

Le contrat propose également des trackers (ETF) sur le contrat AFER, une surprise de plus. Bien loin de l’idée que l’on peut avoir de l’épargnant adhérent de l’AFER, plutôt averse aux risques.

Une campagne inédite, marquant l’acte II de l’AFER

C’est pour porter cette ambition devant les Français que l’Afer mène, du 16 septembre au 28 octobre, une grande et inédite campagne. Combinant des dispositifs print à un déploiement digital robuste, cette campagne nationale allie la créativité à la sobriété, et la pédagogie à l’interactivité.

« Cette campagne d’affichage est à l’image de ce que nous voulons pour l’Afer : audacieuse, ouverte aux jeunes actifs, tirant le meilleur parti du digital , sans renier notre ADN », explique Lorenzo de La Rochefoucauld, Délégué Général de l’Afer.

A lire également