Cryptos / #Ethereum : le passage de POW à POS (Proof of Stake) s’est bien passé ce matin à 8h43, aucun souci détecté

© stock.adobe.com


Publié le , mis à jour le

Big Bang pour Ethereum !

Ethereum, la deuxième blockchain au monde derrière Bitcoin, vient de modifier son mode de fonctionnement. L’opération, baptisée « The Merge », consiste à changer la méthode que la blockchain utilise pour valider ses transactions. Jusqu’ici, Ethereum a utilisé, tout comme la blockchain Bitcoin , la preuve par le travail (« proof of work » en anglais). Depuis ce matin, jeudi 15 septembre 2022 (8 h 43), Ethereum a basculé vers la preuve d’enjeu (« proof of stake »).

Proof of stake

La méthode de la preuve d’enjeu consiste à tirer au sort des valideurs volontaires disposant d’ethers, la monnaie native d’Ethereum, et à leur confier le travail de validation. Pour participer au processus de validation, les valideurs devront déposer sous séquestre 32 ETH (un ether vaut actuellement environ 1.600 dollars).

Deux ans de tests avec la « Beacon Chain »

Avant même le lancement d’Ethereum en 2015, les fondateurs avaient déjà prévu un passage à la preuve d’enjeu. Le processus a commencé en décembre 2020, avec le lancement de la « Beacon Chain », une blockchain parallèle fonctionnant avec ce mécanisme, et sur laquelle les développeurs d’Ethereum ont pu effectuer avec succès des tests sans toucher à la blockchain principale. Près de 420.000 valideurs sont déjà actifs sur cette blockchain parallèle. Le 15 septembre, les deux blockchains doivent fusionner, d’où le nom de « The Merge ».

Cryptos : Ethereum, The Merge à partir du 15 septembre 2022 (PoW vers PoS), de nombreuses arnaques sur le token ETH2, qui n’existe pas !

Ethereum, The Merge à partir du 15 septembre 2022 (PoW vers PoS) (c) FranceTransactions.com/stock.adobe.com

Réduction de consommation énergétique de 99 %

Réputée très efficace, l’ancienne méthode de consensus est cependant régulièrement critiquée en raison de la quantité astronomique d’énergie nécessaire à son fonctionnement . Les mineurs mettent en place de gigantesques infrastructures et font tourner de jour comme de nuit des ordinateurs très puissants pour effectuer les calculs. On estime que le fonctionnement d’Ethereum avant « The Merge » nécessite entre 94 et 112 TWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation électrique d’un pays comme les Pays-Bas. La méthode de la preuve d’enjeu, elle, est beaucoup moins gourmande en énergie. Selon une estimation de la fondation Ethereum, le passage à la « proof of stake » pourrait réduire la consommation énergétique de la blockchain de 99,95 %. « The Merge » devrait donc attirer dans l’écosystème Ethereum des sociétés désirant utiliser des protocoles compatibles avec les critères ESG et, ce faisant, combler son retard en la matière vis-à-vis de blockchains concurrentes comme SOLANA ou Tezos.

Ethereum : toujours aussi lent...

« The Merge » ne devrait pas changer le nombre de transactions que la chaine traiter en même temps. Actuellement, Ethereum peut supporter seulement 20 à 30 transactions par seconde. Des blockchains concurrentes comme Solana ou Tezos se différencient en proposant plusieurs milliers de transactions par seconde. « The Merge » ne réduira pas non plus les frais de transactions sur Ethereum, l’autre talon d’Achille de la plateforme, avec des frais réputés élevés par rapport aux blockchains concurrentes.

Votre avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

Shine rachète La Boite Numérique afin de compléter ses outils proposés aux indépendants

Shine, le compte pro des indépendants et des entreprises annonce le rachat de La Boîte Numérique.

Crédit immobilier : la crise arrive, chute des volumes octroyés sur fond de hausse continue des taux d’intérêts

Comme attendue, la crise sur le marché de l’immobilier résidentiel se confirme. Le volume des crédits octroyés est en forte baisse. D’un autre côté, (...)

BPCE : l’ex patron de la filiale Natixis, Nicolas Namias, a pris officiellement la tête du groupe BPCE

Changement de patrons chez BPCE et Natixis : suite au départ annoncé en septembre de Laurent Mignon, comme annoncé en octobre, Nicolas Namias prend (...)

Bunq relève le taux de ses comptes bancaires rémunérés avec son offre MassInterest de 0.27% à 1.05% brut

La néobanque hollandaise revoit ses propositions de rendement des comptes à la hausse. Le taux de rémunération de l’offre MassInterest passe de 0.27% (...)

Fortuneo : offre exclusive, 150 euros offerts pour l’ouverture de votre compte courant (au lieu de 80 euros), à saisir avant le mardi 13 décembre 2022 minuit !

Offre de bienvenue pour l’ouverture d’un compte bancaire : bénéficiez d’une prime en euros allant jusqu’à 150 euros pour l’ouverture de votre compte (...)

Cagnottes LYDIA : un bilan à son 7ième anniversaire, des chiffres surprenant !

À l’occasion du 7ième anniversaire des cagnottes LYDIA, la fintech publie des statistiques pour le moins étonnantes sur l’utilisation de cette (...)