Cartes bancaires, virements, les Français et les moyens de paiement électroniques (Wincor Nixdorf/IFOP)

© stock.adobe.com


Publié le

**Moyens de paiement électroniques : Enquête Wincor Nixdorf/IFOP

Parmi les différents moyens de paiement testés dans l’enquête, seuls trois sont détenus par une majorité de Français. 96% des Français possèdent un chéquier.

Le virement bancaire est également utilisé par une large majorité de Français (81%). En ce qui concerne la détention de carte bancaire, la carte à débit immédiat (67%) est davantage détenue que la carte à débit différé (43%).

Toutefois, on observe une inégalité socio-économique flagrante quant à la détention et à l’usage des moyens de paiement électroniques. Alors que la quasi-totalité des Français dispose aujourd’hui d’une carte bancaire, les cartes à débit différé, permettant une plus grande souplesse de trésorerie, s’imposent comme un critère de différenciation sociale :

davantage répandu parmi les catégories socio-économiques les plus favorisées, qui tendent également à l’utiliser plus fréquemment et lui accordent unanimement leur confiance, ce type de carte provoque une certaine défiance parmi les catégories les plus modestes. De même, l’utilisation du virement bancaire apparaît fortement corrélée au statut économico-social des Français et offre un exemple de cette inégalité d’accès et d’information liée aux moyens de paiement électroniques.

- Simplicité des moyens de paiement électroniques :

La simplicité est identifiée comme le principal avantage des moyens de paiement électroniques par rapport à l’argent liquide par trois quarts des Français (73%). Sur cette question aussi, le clivage selon le niveau de revenus joue à plein. Ainsi, les hauts revenus reconnaissent davantage la traçabilité (61%), la sécurité (45%) et la possibilité de débit différé (45%). A l’inverse, les Français ayant un revenu mensuel inférieur à 1000 € identifient davantage la possibilité d’effectuer des achats de montants importants (45%) et l’anonymat (12%).

- La carte bancaire affirme sa suprématie par rapport au chèque :

Si le chèque est privilégié lors des consultations médicales, dans l’ensemble des autres situations de paiement testées, la carte bancaire affirme sa suprématie par rapport au chèque. Cependant, il ne faut pas occulter l’attachement des Français pour les espèces. 80% d’entre eux privilégient les espèces pour les dépenses courantes inférieures à un montant de 15 €.

**Moyens de paiement électroniques : une confiance majoritaire mais variable

Les moyens de paiement électroniques inspirent aujourd’hui une confiance à la fois largement répandue et solidement enracinée, à l’exception notable des cartes d’organismes de [a[crédit]a]. Cette confiance, condition et levier du développement du commerce électronique au cours de la décennie écoulée, se lit dans l’absence de craintes majeures lors de réalisation d’achats sur Internet.

Toutefois, le niveau de confiance des Français progresse linéairement avec le niveau de revenus, les ouvriers se montrant systématiquement plus méfiants, quel que soit le mode de paiement testé.

**Moyens de paiement électroniques : les innovations à venir séduisent davantage des hauts revenus

La multiplicité des modes de paiement disponibles actuellement semble combler les Français qui accueillent sans enthousiasme les différentes innovations en la matière : seule la carte bancaire à usage unique recueille une majorité d’assentiment positif (52%).

Seulement deux personnes interrogées sur cinq (41%) souhaitent bénéficier d’une carte sans contact et un peu plus du tiers aimerait pouvoir payer avec leur téléphone portable (37%) ou encore bénéficier d’une carte bancaire prépayée à recharger avec du cash (34%).

La possibilité d’envoyer un micro paiement via Twitter/PayPal et la possibilité de retirer de l’argent liquide dans un distributeur avec son téléphone portable, sans carte bancaire, suscitent l’intérêt de 31% des personnes interrogées.

Enfin, le transfert d’argent d’un téléphone portable à un autre (19%) et la possibilité de payer en donnant son numéro de téléphone au lieu de son numéro de carte de [a[crédit]a] (13%) font l’objet d’un accueil très minoritaire.

[(Etude Wincor Nixdorf/IFOP réalisée auprès d’un échantillon de 1025 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Rapport complet.)]

Infos plus :
- Comparatif des cartes bancaires

Carte bancaireCompte bancairebanqueMoyens de paiement

Votre avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

Ă€ lire Ă©galement

Paypal gĂ©nĂ©ralise la facturation de frais d’inactivité

Ă€ compter du 30 juillet 2021, les professionnels auront donc, tout comme les particuliers, des pĂ©nalitĂ©s en cas de compte inactif. Si les (...)

Hello Business, la nouvelle offre bancaire dédiée aux indépendants proposée par Hello Bank !

AnnoncĂ©e depuis quelques mois, l’offre Hello Business proposĂ©e par la banque en ligne de BNP Paribas, Hello Bank !, est dĂ©sormais accessible, aux (...)

Épargne retraite : les Ă©pargnants confirment leur prĂ©fĂ©rence pour le PER assurance

Depuis son lancement, le PER assurance n’en finit plus de sĂ©duire. La FFA publie dĂ©sormais l’évolution mensuelle de la collecte sur les PER, c’est (...)

Société Générale : résultats T1 2021

La SociĂ©tĂ© GĂ©nĂ©rale alterne le pire comme le meilleur. En 2021, ses gains sur les marchĂ©s financiers lui permettent d’afficher des bĂ©nĂ©fices bien (...)

FinTechs : Qonto et October facilitent le crĂ©dit pour les entreprises

Qonto, le service qui a sĂ©duit plus de 150 000 entreprises en Europe pour amĂ©liorer leur quotidien bancaire, et October, la plateforme de prĂŞt aux (...)

Résultats BPCE T1 2021 (Banque Populaire/Caisse d’Épargne)

La crise est terminĂ©e pour les banques. Les bonnes nouvelles s’accumulent et la remontĂ©e des taux d’intĂ©rĂŞts devrait conforter leurs marges. Le groupe (...)