Banques d’investissement : la lente descente aux enfers continue

Banques d'investissement : la lente descente aux enfers continue
©stock.adobe.com

Publié le



Les revenus globaux des activités de banque d’investissement ont chuté de 29% au premier trimestre par rapport à la même période de l’an dernier, la volatilité des marchés ayant découragé les fusions-acquisitions et nui aux marchés de la dette et des émissions de titres, montrent lundi des données Thomson Reuters.

Les commissions engendrées par les activités de banque d’investissement sont ainsi tombées à 16,2 milliards de dollars (14,2 milliards d’euros) sur les trois premiers mois de l’année, le montant le plus bas enregistré depuis 2009.

La chute a atteint 32% dans la zone Amériques à 8,7 milliards de dollars, 27% en Europe à 3,9 milliards et 18% en Asie-Pacifique à 2,6 milliards.

Le marché primaire actions a été le plus touché avec un recul de 48% sur un an des commissions encaissées par les banques, devant celui de la dette (-26%) et celui des fusions-acquisitions (-18%).

JPMorgan

<JPM.N>

se classe en tête du classement des principaux acteurs du marché de la banque d’investissement avec 1,2 milliard de dollars de commissions, un montant en baisse de 23% sur un an.

Les cinq premières places du classement sont occupées par des banques américaines, mais les européennes Barclays

<BARC.L>

et Credit Suisse

<CSGN.S>

gagnent chacune une place, respectivement aux sixième et septième rangs, Deutsche Bank

<DBKGn.DE>

, huitième, perdant deux plac

A lire également