Banque : Le résultat net de BPCE plonge de -46,60% au premier trimestre 2020

Banque : Le résultat net de BPCE plonge de -46,60% au premier trimestre 2020
©stock.adobe.com

Sans surprise, comme les autres groupes bancaires, BPCE enregistre une forte progression du coût du risque (+77%). La moins-value liée à la cession de la Coface vient plomber davantage les comptes au premier trimestre 2020.

Publié le , mis à jour le



Résultats nets en chute de -46.60% au T1 2020

Le produit net bancaire de 5,5 Md€ et résultat net de 181 M€, intégrant la moins-value de 83 M€ liée à la cession de Coface. Les revenus sont en baisse sensible de -3.8% à 5,6 milliards d’euros. Le secteur de l’assurance soutient l’activité du groupe.

Réseaux bancairesRésultats T1 2020 avant impôt (M €)Évolution
Banques Populaires
441
-8.70%
Caisses d’Epargne
459
-12.10%
Oney Banque
13
NC
Natixis
-205
NS

Forte hausse des encours de crédits

Les encours de crédits ont augmenté de 8,4%2 sur un an à 559 milliards d’euros à fin mars 2020, dont 8,2% de hausse des crédits à l’habitat, 6,5%2 et 7,3% de hausse respectivement pour les crédits à la consommation et les crédits à l’équipement.

Les clients épargnent massivement

A fin mars 2020, les encours d’épargne hors l’encours d’épargne réglementée (livret A, LDDS) centralisé s’établissent à 482 milliards d’euros (+ 11,5%) et les dépôts à vue enregistrent une hausse de 15,6% sur un an.

Hausse du produit net bancaire pour les activités de banque de proximité et assurances

Le produit net bancaire du pôle Banque de Proximité et Assurance enregistre une croissance de 1,9% au T1-20 soutenue par les activités Solutions et Expertises financières (+ 6,8%), Assurance (+ 4,5%) et Paiements (+ 9,1%). Les réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne enregistrent une baisse de leurs revenus de 2,4%.

Coût du risque en hausse de 77% reflétant les premiers effets de la crise

Mais le véritable indicateur clé dans la salve de chiffres, reste pour une banque, le coût du risque. Le coût du risque est le poids des créances, c’est-à-dire des prêts octroyés, non remboursés par les personnes ayant emprunté. Comme pour les autres banques, ce coût du risque explose avec la crise économique qui arrive : le coût du risque ressort à 302 millions d’euros, en hausse de 22,3% pour les seules activités de banque de proximité.

Résultats Groupe BPCE (c) BPCE

Banque de Grande Clientèle : en pertes financières

Le pôle Banque de Grande Clientèle (BGC) regroupe les activités de Global markets, Global finance, Investment banking et M&A de Natixis. Natixis accuse des pertes de -205 millions d’euros sur le premier trimestre 2020, dont une charge liée à la Coface de 120 millions d’euros. Au total, le produit net bancaire de la BGC ressort à 688 millions d’euros en baisse de 15,9% à change constant et 14,8% à change courant. Retraités des impacts CVA/DVA (-55 millions d’euros) et de l’impact dans les activités Actions des nombreuses annulations de dividendes (-130 millions d’euros), les revenus de la BGC ressortiraient en hausse de 7%. Au sein de Global markets, les revenus de FICT progressent de 46% à 367 millions d’euros, soutenus par les activités Taux & change. Les revenus de l’activité Equity sont négatifs à - 32 millions d’euros, impactés par la hausse des coûts de couverture et l’annulation des dividendes.

A lire également