Assurance-vie / Fonds euros : La crise obligataire va faire chuter les rendements !

Assurance-vie / Fonds euros : La crise obligataire va faire chuter les rendements !
©stock.adobe.com

Fonds euros : Le plan d’aide européen communiqué aujourd’hui semble ravir les marchés, cependant les impacts pour les épargnants ne sont pas neutres, notamment pour ceux qui détiennent un ou plusieurs fonds euros...

Publié le , mis à jour le



Fonds euros : le plan d’aide européen n’aura pas que du bon !

Le plan de sortie de crise des partenaires européens aura reboosté les marchés mais devrait rapidement dégrader l’humeur des particuliers...

Paradoxalement, pour ceux qui ont investi dernièrement en bourse et jouer la carte du rebond, le pari était audacieux et sera gagnant cependant pour les épargnants qui ont placé par sécurité sur leur fonds euros, c’est une autre histoire !

En effet, les mesures du 10ième plan de secours européen prévoit la recapitalisation des banques européennes, le rehaussement du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) et notamment une annulation de 50% de l’endettement de la Grèce composée de numéraire de dépôt, de prêts, de titres et d’[a[obligations]a] (environ 70%).

Fonds euros : les emprunts d’Etat étaient jusque-là sécuritaires !

Rappelons que les fonds euros sont constitués de 80% d’obligations, dont la moitié sont des obligations d’Etat, dont seulement 2% correspondent à des obligations grecques dans la plupart des cas. Ces obligations d’Etat étaient considérées comme les placements les plus sûrs, car un Etat ne pouvait pas faire faillite. Or la parade trouvée la nuit dernière montre bien qu’une obligation d’Etat peut subir une forte décote, même dans la zone Euro.

Détenir des emprunts obligataires au sein des fonds euros des contrats d’assurance vie a toujours été un parti pris pour les assureurs, or la situation de la Grèce chamboule quelque peu la donne. A juste titre, annuler de moitié la dette héllenique revient à amputer arbitrairement une partie du portefeuille des assureurs donc des épargnants, un véritable manque à gagner !

Une situation qui implique pour les assureurs de combler ce pseudo défaut de paiement en constituant une provision, c’est à dire en puisant dans les fonds propres. Ainsi mécaniquement, le procédé doit entraîner inévitablement une nouvelle baisse des rendements des fonds euros pour l’année et certainement pour les prochaines.

A lire également